10 février 2011: Denis Robert blanchi, Clearstream lessivé 

Publié le

D. Robert - La Justice ou le chaos

C'est la fin d'une "vraie censure"  titre Rue89 (8-2-2011). Après dix ans de procédure, la chambre de compensation luxembourgeoise Clearstream a finalement été déboutée par la Cour de cassation: depuis 2001, elle poursuivait pour diffamation le journaliste Denis Robert, auteur du documentaire Les Dissimulateurs, diffusé en 2001 sur Canal+ ( link ) et de deux livres, Révélation$ et La Boîte noire, publiés en 2001 et 2002 aux éditions Les Arènes.
Selon l'avis de la Cour : " L'intérêt général du sujet traité et le sérieux constaté de l'enquête, conduite par un journaliste d'investigation, autorisaient les propos et les imputations litigieux."

La Cour a également jugé que "le reportage incriminé, traitant de sujets d'intérêt général relatifs aux mécanismes dévoyés et incontrôlés de la finance internationale et à leur implication dans la circulation mondiale de l'argent sale, ne dépassait pas les limites de la liberté d'expression au sens de l'article 10 de la Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales".
"Je suis soulagé. C'est une décision qui va faire jurisprudence, car la Cour a reconnu qu'un journaliste pouvait commettre de petites erreurs s'il est comme moi de bonne foi et s'il couvre un sujet d'intérêt général en menant un travail difficile dans le milieu opaque de la finance " a déclaré Denis Robert.
Richard Malka, avocat de Clearstream, n'a fait aucune déclaration. Ni Philippe Val, ex-directeur de Charlie Hebdo. (voir Observatoire de la censure, 28 avril 2010, Siné part en retraite)
En attendant la réédition des deux livres, qui avaient été "interdits", on pourra toujours se plonger dans les deux tomes de la bande dessinée, "L'affaire des affaires", jamais interdite et même récompensée en 2010 par le  prix France Info de la bande dessinée d'actualité et de reportage.
On pourra aussi relire ce livre de Denis Robert au titre prémonitoire: "La justice ou le chaos". En 1996, Denis Robert avait réuni sept grands magistrats anti-corruption: Bernard Bertossa (Suisse), Edmondo Bruti Liberati (Italie), Gherardo Colombo (Italie), Benoît Dejemeppe (Belgique), Balthazar Garzon Real (Espagne), Carlos Jimenez Villarejo (Espagne) et Renaud Van Ruymbeke (France). Cette rencontre avait été à l'origine de l'Appel de Genève en faveur d'un espace judiciaire européen, d'une coopération européenne renforcée en matière de lutte contre la corruption et la délinquance financière.

 

D. Robert- L'affaire des affaires

Commenter cet article