10 mai 2010: le prix "Bêtise avec un grand C" décerné par la SACD à...

Publié le

Dans un communiqué, les auteurs réunis au sein du conseil d'administration de la SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques) ont annoncé leur décision de créer un nouveau prix, qui serait décerné à une personnalité publique, chaque fois que cela leur semblerait nécessaire, le prix "Bêtise avec un grand C", selon l'expression de Jacques Prévert. "Ce prix vise à honorer ceux qui, en toute méconnaissance de cause, prendront dorénavant l'initiative de tenter de limiter la liberté d'expression en s'attaquant publiquement à des œuvres sans les avoir lues ou vues."
Ce nouveau prix a été décerné, à l'unanimité, au député et vice-président du Conseil général des Alpes-Maritimes, Lionnel Luca. Celui-ci  a estimé, sans l'avoir vu, que le film Hors la loi de Rachid Bouchareb, écrit par Olivier Lorelle et Rachid Bouchareb - qui sera présenté le 21 mai au Festival de Cannes - est  "manichéen", qu'il s'agit "d'une falsification historique". Il l'a même qualifié de "révisionniste". (Var-Matin, 22 avril 2010)
Film historique franco-algérien, Hors-la-loi raconte le parcours de trois frères, des massacres de Sétif en mai 1945 jusqu'à l'indépendance algérienne en 1962. Un rapport du service historique du ministère de la Défense - demandé par le député Luca et par le secrétaire d'État à la Défense et aux Anciens combattants Hubert Falco - qui passait au crible un scénario provisoire, a attiré sur le film les foudres d'associations représentant des harkis, des anciens combattants, des pieds-noirs, et de l'extrême droite qui appelle à une "croisade sur la Croisette". André Mayet, conseiller municipal de la ville de Cannes, et président de la Maison des rapatriés de la ville, a  parlé (Métro, 4 mai ), toujours sans avoir vu le film, de "vomissement sur la France et sur l’armée française" ; il a appelé le préfet à "interdire" la projection du film, faisant valoir les risques de troubles à l'ordre public. Bernard Brochand, député-maire de Cannes, a  annoncé la tenue, à 10h30, le 21 mai au monument aux morts de la ville, d’une cérémonie pour les victimes de la guerre d'Algérie. Le sous-préfet Claude Serra a confirmé qu'il serait présent.
Dans un article paru le 5 mai 2010 dans Le Monde, des personnalités (historiens, réalisatrice, éditeur, écrivain) avaient réagi en dénonçant le "retour en force de la bonne conscience coloniale".

Commenter cet article