10 mars 2010: Le visuel controversé du FN

Publié le

À six  jours des élections régionales (14 et 21 mars 2010), la diffusion par le FN, sur son site internet et par voie d’affiche, d’un visuel  dénonçant l'islamisme, avec une femme entièrement voilée de noir, une carte de France couverte du drapeau algérien et de minarets en forme de missiles, fait l’objet de nombreuses attaques.
Lundi 8 mars, le TGI de Marseille a débouté la Licra (Ligue contre le racisme et l’antisémitisme)  qui demandait l’arrêt de cette campagne d’affichage “antimusulmans”.
La décision du tribunal de Nanterre saisi en référé par le Mrap (Mouvement contre le racisme et pour l'Amitié entre les peuples) est attendue vendredi 12 mars. Le chef du parti frontiste devrait comparaître pour une première audience devant le tribunal correctionnel de Paris, le 6 mai prochain, suite à une plainte de SOS Racisme. «Sous couvert de dénoncer l'extrémisme religieux, le leader du FN a très clairement marqué sa volonté de susciter la peur et le rejet à l'encontre de toutes personnes de confession musulmane, mais également des Français d'origine algérienne et des ressortissants algériens vivant en France», a jugé l'association.
Par ailleurs, lundi 8 mars, Mourad Medelci,  le ministre algérien des Affaires étrangères, a demandé «officiellement» à l'État français «de prendre les dispositions qui s'imposent lorsque des symboles de pays étrangers sont mis à genoux». «Nous déplorons avec force l'usage indigne et dégradant d'un drapeau national à des fins électoralistes», a répondu le porte-parole du Quai d'Orsay, Bernard Valero. (Le Parisien libéré)
Pour rappel, l'agence de communication helvétique qui a conçu l'affiche pour l'UDC, le parti d’extrême droite suisse à l’origine du vote sur l’interdiction des minarets en automne 2009, crie au plagiat. Dans une interview accordée jeudi 25 février au quotidien La Liberté, Alexandre Segert, le directeur de l'agence Goal parlait même d'engager une action en justice contre le Front national : "Nous ne voulons pas que nos affiches soient instrumentalisées, voire détournées, par d'autres partis politiques ou groupements. Nous n'avons jamais travaillé pour le FN français. Et nous ne le ferons jamais". (Dijonscope)
Pire. Dans la Confédération hélvétique, des membres de l’UDC n’apprécient guère être associés au FN… «On se passerait aisément de cette promiscuité avec le FN dont je ne partage pas les valeurs, notamment par rapport à l’antisémitisme», a expliqué le vice-président neuchâtelois de l’UDC.

Visuels des 2 affiches : link




Commenter cet article