11 mai 2010: Vers l'interdiction du "Hellfest" aux mineurs ? (Nantes)

Publié le

La Confédération Nationale des Associations Familiales Catholiques (CNAFC) a demandé, jeudi 10 juin, au tribunal de Nantes d'ordonner à l'association organisatrice du Hellfest, le plus grand festival de hard rock français en plein air, programmé à Clisson (Loire-Atlantique) les 18, 19 et 20  juin, de lui "remettre le programme détaillé des chansons qui seront interprétées" ou à défaut  "d'interdire l'accès au festival aux mineurs".
Dans son communiqué, la CNAFC en  appelle "au principe de précaution qui exige, pour être citoyen et solidaire, de protéger en particulier les populations les plus fragiles". Elle estime que certains textes peuvent "inciter à la haine raciale, relever de l'injure raciale, constituer des provocations au suicide ou diffuser un message violent accessible à un mineur". Pour cela, elle s'appuie sur un rapport de la MIVILUDES (Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires) rendu  en 2007 sur la question du satanisme. Le rapport  avait noté «les liens qui peuvent se tisser entre audition de la musique métal et passage à l'acte suicidaire ou infractionnel». Il  constatait "la hausse manifeste des dégradations de cimetières et de lieux de culte qui présente un impact sur les populations locales non négligeable au regard de la gravité des faits, de l'atteinte au patrimoine privé et public, du respect des croyances et du sacré ".
La décision du tribunal des référés sera rendue lundi 14 juin. M. Barbaud, directeur du festival, a déclaré n'être "pas plus inquiet que ça  (...) C'est vrai que le rock est une musique provocante et a toujours choqué". Preuve de son ouverture d'esprit, le festival a invité deux prêtres pour un débat le samedi, l'un "qui écoute du heavy metal" et un "anti-Hellfest". Comme le rappelle le magazine  "Rolling Stone", le 18 juin, jour d'ouverture du festival de Clisson, AC/DC groupe pionnier du metal, sera en concert au Stade de France à Paris où il chantera entre autres "Hell is a good place to be".

En mars 2010, le Hellfest avait déjà fait l'objet d'une attaque: Christine Boutin, présidente des chrétiens-démocrates, avait jugé son affiche "satanique"  et l'avait accusé de véhiculer "une culture de mort". Elle avait écrit à la fondation Kronembourg, principal sponsor du festival, l'exhortant  à "cesser de  financer" le Hellfest. Interpellé sur ce sujet le 30 mars à l’Assemblée nationale, le ministre de la Culture avait déclaré : "Le bruit court selon lequel le doux  pays du Puy du Fou deviendrait le gouffre à Lucifer. Allons ! Il faut raison garder ! (...). La diversité culturelle est notre richesse. Elle n'exclut pas les préférences individuelles. Mais elle  impose le respect, la curiosité, l'échange et le dialogue...".
5 avril 2010: Les “Chrétiens-Démocrates” n’aiment pas la "fête d’enfer" qui se prépare à Clisson (Loire-Atlantique)

Commenter cet article