13 juillet 2010: Condamnation pour blasphème des deux organisateurs de l'exposition "Art interdit 2006" (Moscou)

Publié le

Lundi 12 juillet 2010, le tribunal Taganski de Moscou a condamné Iouri Samodourov, directeur du musée Sakharov qui avait accueilli les oeuvres en mars 2007, à 200.000 roubles (5.100 euros) d'amende, et Andreï Erofeïev, commissaire de l'exposition, à 150.000 roubles (3.900 euros) d'amende. Le parquet avait requis contre eux trois ans d'emprisonnement. Selon la présidente de la juridiction, Svetlana Alexandrova, les deux responsables avaient une "intention criminelle" et ont commis "des actes visant à attiser la haine raciale et religieuse".
L'exposition "Art interdit 2006" dénonçait la censure en présentant des oeuvres censurées que les directeurs d'autres musées avaient refusé de montrer. Des panneaux indiquaient aux visiteurs que certaines des 24 œuvres exposées pouvaient présenter un caractère choquant. L'exposition était  interdite aux enfants de moins de 16 ans et il était interdit d'y prendre des photos. Les oeuvres - Jésus faisant un sermon  affublé par Alexander Savich de la tête de Mickey Mouse, publicité associant le Christ à Coca Cola (This is my blood) et  vierge noire réalisée avec du caviar d'Alexander Kosolapov, Christ en croix dont le visage était remplacé par une médaille de l'Ordre de Lénine... -   n'étaient visibles que si l'on pressait son oeil contre des trous percés dans le mur les dissimulant.
Ces oeuvres avaient suscité les foudres de deux organisations ultra-orthodoxes et nationalistes russes qui avaient déposé la plainte à l'origine du procès : "le Concile du peuple" et "l’Union des fraternités orthodoxes", dont le président, Leonid Simonovitch-Nikchitch, est connu pour être un fervent admirateur d'Hitler et l'organisateur d'autodafés d'Harry Potter .
En soutien aux accusés,13 artistes russes de renom avaient adressé au début du mois une lettre au président Dmitri Medvedev, lui demandant de mettre un terme à cette procédure judiciaire. Ils redoutaient une condamnation, qu’ils verraient comme  "une sentence pour l'ensemble de l'art contemporain russe".
De son côté, Amnesty International, a dénoncé un "jugement honteux" qui constitue "une nouvelle atteinte à la liberté d'expression", dans un communiqué soulignant que les deux responsables condamnés devraient faire appel.
M. Erofeïev qui  dit être victime de menaces qui lui font désormais craindre pour sa sécurité a déclaré: "Je vais essayer maintenant de faire attention à ne pas rester seul dans une rue calme, déserte, mais ça ne veut pas dire que je dois abandonner la vie publique et mon travail de commissaire d'exposition".
Par ailleurs, plusieurs représentants de l'association d'artistes "Voïna" ("Guerre", en russe), dont l'artiste Piotr Verzilov, ont été interpellés par la police après avoir introduit et laché des cancrelats dans l'enceinte du tribunal pour protester contre la tenue de ce procès. (AFP-Reuters-France 24) link

Louvre pour Tous:  link

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article