13 juillet 2011: Nouvelles pratiques photographiques et droit d'auteur (Arles)

Publié le

 

Frome Here on - Arles 2011

 

Au moment où l'on assiste à une crise du métier de photographe, due au développement de l'image numérique et à la mise à disposition massive d'outils d'enregistrement, de reproduction et de diffusion, de plus en plus sophistiqués et de moins en moins chers,  l'exposition-manifeste "From here on", présentée aux Rencontres photographiques d'Arles, peut sembler scandaleuse.
Les 34 artistes  sélectionnés ont tous comme point commun de faire de la photo sans appareil photo, en s'appropriant sur internet des images déjà existantes, faites par d'autres. Après les avoir choisies, ils les téléchargent, les collent, les coupent, les interrogent, les ré-interprètent, les mélangent,  les ré-assemblent, créant de nouvelles oeuvres.
Certains  accumulent les photos. Corinne Vionnet  récolte les images d'un même monument emblématique (Tour Eiffel, Colisée, Cité interdite) prises sous le même angle par des milliers de touristes et les superpose pour n'en faire plus qu'une. Frank Schallmaier  présente un photomontage de 169 photographies de pénis glanées sur des sites gays: pour donner une idée de sa taille, chaque verge est confrontée par son propriétaire à un objet de la vie courante (bouteille de bière, paquet de cigarettes...). Pénélope Umbrico  présente 5. 377.183 couchers de soleil trouvés sur Flickr.
D'autres détournent les images. Thomas Mailaender, pour sa série  "Sponsoring/Auto-portraits à $$$$$", récupère des photos de remise de chèques géants, refait les chèques à son nom et se rajoute sur l'image. link

 

Thomas Mailaendeer - Sponsoring

 

Certains enfin donnent à voir des images rares, qui questionnent  la surveillance généralisée du monde. Le groupe musical The Get out Clause réalise un clip en récupérant les cassettes enregistrées par les caméras de surveillance dans les rues, commerces, métro, bus de la ville de Manchester. Voir ici: link et là: link
Kurt  Caviezel montre comment  un insecte, une queue de pigeon peuvent parasiter les images des caméras de surveillance.
Jon Rafman traque les rares traces de présence du vivant (prostituées, animaux...) enregistrées par les neuf caméras montées sur les voitures de  Google  Street View.
Mishka Henner présente des images satellitaires provenant de Google Earth: certaines zones stratégiques (dépôts d'essence, radars, palais), certains sites secrets  (bases militaires) ont été artistiquement pixelisés pour des raisons de sécurité. link. (Beaux Arts Magazine, juillet 2011).

 

Mishka Henner - Dutch Landscapes

 

 

Commenter cet article