13 novembre 2010: Angelina Jolie à Sarajevo ou la censure des "pipoles"

Publié le

L'actrice américaine Angelina Jolie, compagne de l'acteur Brad Pitt, est en train de réaliser son premier film. Après un début de tournage en Hongrie, elle devait poursuivre en novembre le tournage en Bosnie-Herzégovine mais le 15 octobre, le ministre de la Culture, Gavrilo Grahovac, retirait son autorisation (Associated Press / Nouvel Obs, 15-10). Il répondait à une demande de l'Association des femmes victimes de la guerre, qui représente les femmes — en grande majorité bosniaques — qui ont été violées durant la guerre de 1992-1995.
 «D'après ce que j'ai entendu, ça parle d'une victime de viol qui tombe amoureuse de son violeur. C'est non seulement impossible mais insultant», a déclaré à l'Associated Press la directrice de cette association, Bakira Hasecic, tout en admettant ne pas avoir lu le scénario. «Nous, les victimes, nous ne voulons pas être décrites de la sorte et nous nous sommes plaintes.»
Gavrilo Grahovac a déclaré que l'équipe du film aurait à nouveau l'autorisation de tournage si elle faisait "parvenir le scénario avec une histoire qui ne sera pas celle que l'on connaît aujourd'hui, d'après ce que nous ont raconté les gens ayant lu le scénario" (AFP / Le Monde, 15-10)
Le 18 octobre, Angelina recevait une bonne nouvelle de son coproducteur bosniaque Edin Sarkic: une nouvelle permission de tournage était accordée (Purepeople). Il aura certainement lieu du 17 au 21 novembre à Sarajevo et Vares. On en sait un peu plus maintenant sur le synopsis du film: il s'agirait d'une histoire d'amour, celle d'un jeune couple, avec pour toile de fond la guerre inter-communautaire en Bosnie. L'histoire commence en 1992, en Bosnie orientale. Ils sont séparés par la guerre mais  se retrouvent ensuite: "elle, qui est musulmane, est  détenue dans un camp où son compagnon d'avant la guerre, un Serbe, est devenu geôlier." (AFP, 10-11).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article