14 décembre 2011:  Mâles et fantasmes censurés (Bayonne - Corte) 

Publié le

L'exposition dans l'espace public, de peintures ou de photos du sexe masculin continue à rencontrer des oppositions.

 

Arrak etta Garrak - IF

 

À Bayonne, "Arrak eta Garrak" (“Mâles et fantasmes"), exposition d’Yves Matxikote, dit IF, prévue du 1er au 31 décembre 2011, dans un café-restaurant de la ville, aura résisté une semaine à la censure. Les tableaux de l’artiste mettent en scène des hommes dévêtus en érection, semi-érection ou au repos. Certains clients du restaurant auraient refusé de manger sous l'un de ses tableaux, voire auraient quitté le Kalostrape. La direction a demandé à l'artiste d'enlever 9 des 20 tableaux. L'artiste a décidé de tous les décrocher. (Euskal  Herriko Kazeta, 9 et10-12-2011)

 

A. Limelette

 

À la faculté de lettres de Corte, "Histoire d'une absence", exposition d'Antony Limelette, étudiant en 2ème année d'arts plastiques, n'a pu avoir lieu. "Insistant tout particulièrement sur les valeurs de la Corse indissociables du fait religieux" (Corse-Matin, 18 novembre 2011), les étudiants syndicalistes de Ghjuventù paolina et de Cunsulta di a ghjuventù corsa, échauffés par une affiche de l'exposition montrant un sexe masculin « décoré » d'un chapelet, ont obtenu son annulation.  
Cet été, une photo de l'exposition Camerinos de Sergio Parra avait été censurée à Merida (Estrémadure) pour des raisons fort similaires: l'utilisation comme cache-sexe d'une reproduction du tableau de Vélasquez, Le Christ en croix, avait choqué les milieux catholiques intégristes. (Observatoire de la censure, 14 août 2011)

 

J. Charlier

 

Pour rappel, en 2009, la Biennale de Venise avait refusé d'inclure dans ses événements collatéraux l'exposition 100 Sexes d’Artistes de Jacques Charlier et la ville de Venise avait refusé que les dessins soient exposés sur des panneaux communaux.

Commenter cet article