15 mai 2010: Archives télévisées sur la censure

Publié le

Reporters sans frontières (RSF) et l’Institut national de l’audiovisuel (INA) proposent une nouvelle chronique mensuelle sur les médias et la censure. Depuis le 3 mai (Journée internationale de la liberté de la presse),  ils présentent trois courts extraits d'émissions télévisées témoignant de deux cas de censure à la fin des années soixante-dix et d'une tentative de censure au début des années quatre-vingt.
En 1990, dans "Lunettes noires pour nuits blanches", Jérôme Garcin explique à Thierry Ardisson les raisons pour lesquelles son émission littéraire "Boite aux lettres" a disparu de l’antenne sur FR3 du jour au lendemain: Pierre Desproges s’était moqué du ministre de la culture, François Léotard, et de Michel Droit. L’émission avait été aussitôt supprimée par Janine Langlois-Glandier et Pierre Desproges était interdit d’antenne sur FR3 jusqu’à sa mort.
En 1989,  à Apostrophes, à l’occasion de la sortie d’un album posthume de Jean-Marc Reiser, "La famille Oboulot en vacances", Bruno Frappat raconte comment, durant l'été 1978, Le Monde avait  arrêté, après 23 parutions,  la publication de ce "feuilleton quotidien" que le journal de référence avait commandé au dessinateur .
En mai 1983, dans Aujourd'hui la vie, Jacques Martin  se défend  des accusations portées contre lui, suite à des sketchs se moquant de la religion, qualifiés de "sacrilèges". Il déclare: "Il s’agit d’une simple campagne de dénonciation lancée par le journal "La Croix", qui a dû s’appeler dans les années 43 "Jésus partout" (...) " Si Dieu est intelligent, il a de l"humour."
Pour voir les trois extraits des émissions télévisées: link

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article