2 juillet 2011: Simulacre d'autodafé (Amsterdam)

Publié le

 

Het negerbock - Oosterpark

 

C'est le 22 juin 2011 - au lendemain de la traditionnelle fête de la Saint-Jean qui marque en Europe le passage au solstice d'été -  qu'un groupe de militants néerlandais, originaires de Suriname, est passé à l'action à Oosterpark, au pied du monument national commémorant l'abolition de l'esclavage en 1863 aux Pays-Bas: une trentaine de personnes a mis le feu à des photocopies de la première de couverture du livre de Lawrence Hill  "Het negerboek".
Depuis plusieurs jours, Roy Groenberg, président de l'association Honneur et Réparation pour les victimes de l'esclavage au Suriname, menaçait de brûler le roman historique de l'auteur canadien, récemment traduit en néerlandais, si son titre, considéré comme "insultant", n'était pas modifié.
Publié en 2007 au Canada sous le titre "The Book of Negroes",  le livre raconte la vie mouvementée d'Aminata Diallo, une jeune fille originaire du Mali, emmenée en Amérique comme esclave et libérée plus tard par les Britanniques. Elle fait partie des 3.000 esclaves loyalistes libérés, autorisés à quitter les États-Unis afin de se réinstaller en Nouvelle-Écosse. Le roman de Lawrence Hill  est écrit à partir d'un authentique document historique, The Book of Negroes, recensant les noms de tous ces esclaves.
Le livre connaît un grand succès international. Le titre original, étant jugé "incorrect" dans de nombreux pays, a été modifié: "The Book of Negroes" est connu sous le titre "Someone Knows my Name " aux États-Unis, en Australie, Norvège, Nouvelle-Zélande,  sous le nom d' "Aminata" au Québec.
À nouveau sous la menace d'un "autodafé",  la maison d'édition Ailantus, responsable de la version néerlandaise, va-t-elle pouvoir conserver sa fidèle traduction "Het negerboek" ? (The star.com, 22-06-2011). link

Lawrence Hill - The Book of Negroes

Commenter cet article