2 juin 2010: "La liberté d'expression est intangible"... le maire de Vallauris devra rouvrir l'exposition Zineb Sedira

Publié le

Saisi en référé par le préfet des Alpes-Maritimes, sur la demande du ministre de la culture, le tribunal administratif de Nice a suspendu, lundi 31 mai, l'arrêté du maire de Vallauris ordonnant la fermeture de l'exposition de l'artiste Zineb Sedira au musée national Picasso La guerre et la paix. Le vice-président du tribunal, Bertrand Parisot, a estimé que le maire UMP, Alain Gumiel, ne pouvait invoquer, comme il l'a fait, de "trouble sérieux à l'ordre public" pour justifier sa décision.
"J'espère que le maire va se rendre compte que les craintes qu'il avait sont nulles et non avenues et qu'il va rouvrir l'exposition en mettant le personnel municipal dans les fonctions qui sont les siennes, d'ouverture et de surveillance du musée national", a déclaré M. Fréchuret, directeur des Musées nationaux du XXe siècle des Alpes-Maritimes.
Suite au mécontentement d'associations de harkis qui s'étaient plaintes d'une vidéo de l'artiste où le mot "harki" était traduit par "collaborateur",  le maire de Vallauris avait fait fermer l'exposition, le 27 avril 2010 (voir Observatoire de la censure, 30 avril 2010).

Lors de son passage au festival de Cannes, Frédéric Mitterrand, ministre de la culture, avait déclaré à Nice Matin (16 mai 2010) : "(...) il s’agit d’une oeuvre artistique, pas d’un documentaire. L’État a attaqué la mairie de Vallauris devant le tribunal administratif pour rouvrir le musée. La liberté d’expression est intangible. On ne peut pas accepter qu’un musée ferme parce qu’une oeuvre dérange."
Inaugurée le 6 mars, l'exposition Zineb Sedira  sera donc visible au musée Picasso, place de la Libération à Vallauris, jusqu'au  20 septembre 2010. link

Commenter cet article