2 juin 2011: Vacherie (Cherbourg)

Publié le

Brassens libertaire

 

Vendredi 27 mai, le tribunal correctionnel de Cherbourg a condamné  à 40 heures de travail d'intérêt général et à 100 euros d'amende un homme de 28 ans qui, dans la nuit du 24 juillet 2009, avait chanté depuis la fenêtre d'un appartement de Cherbourg, Hécatombe, chanson de Georges Brassens. Trois policiers qui passaient par là n'en avaient pas apprécié les paroles, les considérant comme outrageantes. (Ouest-France, 30-05-2011)
Sur un mode rabelaisien, Hécatombe décrit une bagarre opposant, sur le marché de Brive-la-Gaillarde, un groupe de femmes à des gendarmes : au cours de l'échauffourée, l'une des protagonistes parvient à attacher un vieux maréchal des logis et à lui faire crier "Mort aux vaches, Mort aux lois, vive l'anarchie!"  tandis qu'une autre, "La plus grasse de ces femelles / Ouvrant son corsage dilaté / Matraque à grands coups de mamelles / Ceux qui passent à sa portée." link

Pendant ce temps, à La Villette (Paris), la Cité de la musique propose jusqu'au 21 août une exposition intitulée " Brassens ou la liberté". Elle rend hommage au poète et chanteur sétois "un libertaire qui choisira une voie individuelle plutôt que les combats collectifs, sans renier ses convictions, s’opposant à la guerre, à la morale bien-pensante ou à l’arbitraire de la justice et de la police (...). Les enfants devraient aimer, ils "sont libres de faire ce qu’ils n’ont pas le droit de faire habituellement : voler des bijoux, tirer les poils de chats, parler de travers, lire des bandes-dessinées pour les grands, emmêler et reconstituer une pochette de disque, se prendre pour Brassens, toucher des guitares, dire des gros mots…"


Commenter cet article