22 janvier 2011: Céline exclu des célébrations nationales en raison de ses écrits antisémites (Paris)

Publié le

 

Pamphlets antisémites L.-F. Céline

 

Le nom de Céline a disparu du site internet du ministère de la Culture présentant le calendrier des célébrations nationales 2011. link
"Après mûre réflexion, et non sous le coup de l'émotion, j'ai décidé de ne pas faire figurer Céline dans les célébrations nationales. (...) Ce n'est en aucun cas un désaveu à l'égard du Haut comité (chargé d'établir la liste des personnalités) mais (...) une inflexion que j'assume pleinement",  a déclaré vendredi 21 janvier le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand.
Serge Klarsfeld, président de l'association des fils et filles de déportés juifs de France (FFDJF), s'était indigné cette semaine de voir l'anniversaire de la mort de Céline (1894-1961) inscrit dans le recueil des célébrations et avait demandé l'arbitrage du président de la République:  "Son talent d'écrivain ne doit pas faire oublier l'homme qui lançait des appels aux meurtres des juifs sous l'Occupation. Que la République le célèbre, c'est indigne".  (AFP)
Auteur du "Voyage au bout de la nuit" ou encore de "Mort à crédit", Louis-Ferdinand Céline a également rédigé des pamphlets violemment antisémites: Bagatelles pour un massacre (1937, L'École des cadavres (1938), Les Beaux draps (1941).
Henri Godard, grand spécialiste de Céline, qui avait rédigé la notice sur l'écrivain expurgée du recueil, admet "les objections" à célébrer "l'homme d'un antisémitisme virulent". Mais il rappelle aussi qu'il est l'un des plus importants écrivains français de la première moitié du XXe siècle. "C'est un immense écrivain français, le plus traduit et le plus diffusé dans le monde après Proust. Il est dans la Pléiade, très lu en poche. En dehors de ça, c'est un pur salaud", résumait-il. (RTL)
Pour Philippe Sollers, "on ne doit pas traiter la littérature avec ce genre de censure, qui se rapproche de celle de Monsieur Hessel à l’ENS par Madame Canto-Sperber, obtenue semble-t-il avec l’accord de Madame Pécresse. Tout ceci est extrêmement négatif. C’est une façon de jouer avec le feu qui me semble extrêmement dangereuse. (...) Les deux grands écrivains français du XXe siècle sont Proust et Céline. Point, à la ligne. On peut critiquer Céline tant qu’on veut, on ne manque d’ailleurs pas de le faire, et il faudra évidemment publier une édition critique parfaitement formulée de ses pamphlets. On peut même critiquer tant qu’on veut ce volume édité par le Ministère. Il n’y a qu’à lui tirer dessus à boulets rouges, mais pas demander une censure au président de la République, enfin!»
De son côté, Catherine Clément, en phase avec la démarche de Serge Klarsfeld, a annoncé sa démission du Haut comité et déclaré que la publication des textes antisémites de Céline lui paraît "essentielle". Elle "permettra de faire toute la lumière sur un écrivain qui, pour l’instant, bénéficie d’un flou qui sert sa réputation littéraire et gomme la virulence de son racisme." (Nouvel Obs, 21-1-2011)
Pour l'heure, écrivains, universitaires, artistes... sont conviés au Centre Pompidou où se tiendra les 4-5 février un colloque intitulé Céline, réprouvé et classique.

Commenter cet article