23 avril 2010 : " Censured" au musée d'art contemporain de Casoria (Italie)

Publié le

 

SEZIONE CENSURED

 

Lieu de  la rencontre fameuse du président du conseil italien et de la jeune Noemi Letizia, Casoria (près de Naples)  peut s'enorgueillir de posséder un musée d'art contemporain très dynamique, le CAM (Contemporary Art Museum). Après Politik,  AfriCAM, CAMorra, il propose du 17 avril au  30 mai, CAMmovie, panorama de la vidéo d'artiste, dans le monde, aujourdhui. Parmi les  quatre sections, on remarquera celle intitulée "Censured"

Deux  films, toujours interdits en Iran, du réalisateur iranien Jafar Panahi, y seront projetés : Il cerchio/ Le cercle,  Lion d'or à la Mostra de Venise en 2000 et Oro rosso /L'Or pourpre, Prix du Jury "Un Certain Regard" au festival de Cannes en 2003. Le metteur en scène  iranien, déjà interdit de sortie d'Iran, a été arrêté le 1er mars 2010. Jafar Panahi, 49 ans, soutient ouvertement l'opposition et préparait un nouveau film. Le ministère iranien de la Culture et de la Guidance l'accuse d'avoir "préparé un film contre le régime portant sur les événements post-électoraux", référence aux manifestations ayant suivi la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009.  Membre éminent des cinéastes de la "nouvelle vague" iranienne, Jafar Panahi a été invité à participer comme membre du jury au prochain et 63ème festival de Cannes. Dans une autre section de Cammovie - Iranian glances -  on pourra voir une vingtaine de vidéos d'artistes iraniens comme Rokhshad Nourdeh, Behfar Karimi, Jinoos Taghizadeh, Mohammad Razdasht, Farhad Fozouni.

L'autre partie du programme de la section "Censured" permettra de voir ou revoir l'émission  "Raiperunanotte", marathon télévisuel anti-Berlusconi qui a marqué récemment le web italien. Berlusconi ayant interdit les émissions politiques sur les chaînes de télévision publique pendant la campagne des élections régionales, Michele Santoro, journaliste de l’émission politique "AnnoZero", avait répliqué en montant une émission, dédiée à la liberté d’expression, intitulée Raiperunanotte («Rai pour une nuit»). Diffusée en direct dans la nuit du 25 au 26 mars 2010 depuis Bologne, elle avait été retransmise sur des écrans géants dans 200 villes dont Rome et Naples, mais surtout sur 40 télévisions locales et en streaming sur de nombreux sites internet. Elle avait rassemblé 200.000 internautes et avait obtenu 13 % d’audimat, selon des chiffres communiqués par les organisateurs.

CAM : link

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article