24 juin 2010 : Une pièce de Rachid El-Daïf censurée à Beyrouth

Publié le

AfficheOublielaVoiture

Une quinzaine de membres armés des forces de sécurité ont fait irruption sur la scène du théâtre Al-Madina, rue Hamra à Beyrouth, jeudi 17 juin 2010. Menaçant de fermer le théâtre dirigé par Nidal Al Achkar,  ils ont réussi à empêcher les deux représentations de la pièce prévue ce soir-là.  Pourtant "Oublie la voiture! ", mise en scène  par Lasri Rahim, avait déjà été jouée la veille sans incident. Il s'agit d'une adaptation de trois textes de l'auteur libanais Rachid El-Daïf, et en particulier de son roman paru chez Actes Sud "Fais voir tes jambes, Leïla !". Elle avait été présentée sous un autre titre, en 2009, au centre Wallonie-Bruxelles de Paris.
Comme le signale, étonnée, la fondation libanaise Samir Kassir Eyes, le texte de la pièce avait été envoyé aux autorités dix jours auparavant et avait été approuvé; il est disponible en français et en arabe dans les librairies. La fondation, qui critique la censure des œuvres d’art, affirme que ceci ne reflète ni l’image culturelle du pays ni la liberté d’expression garantie par la Constitution. Elle a souligné la nécessité de changer les lois héritées de l’Empire Ottoman "qui  considèrent toujours le théâtre comme une sorte de boîte de nuit." Après des négociations, les représentations ont pu reprendre le lendemain.(Iloubnan.info).
En 2008, au théâtre du Rond-Point à Paris, on avait pu voir une autre pièce de Rachid El- Daïf "Qu'elle aille au diable Meryl Streep!", dans une mise en scène de Nidal Al Achkar et une adaptation de Mohamed Kacimi. Elle a été publiée par L'Avant-scène, avec un court texte d'Élie Karam évoquant les mécanismes de la censure théâtrale au Liban.  link

FaisvoirtesjambesLeïla

Commenter cet article