24 mai 2011: "Atomic alert" interdit  à Saint-Michel-sur-Orge (Essonne)

Publié le

 

Atomic Alert - Asanisimasa

 

Atomic alert, créé en 2008 et Je ne sais quoi te dire, on devrait s'en sortir, créé en 2010, sont deux spectacles  de la compagnie Asanisimasa.
Le premier propose de visionner un montage détournant plusieurs films de fiction, des documentaires, des films d’archives américains des années 50: le temps d’une séance de postsynchronisation, cinq  comédiens  doublent en direct l’ensemble des personnages. Le second montre quatre réfugiés  dans un abri de fortune,  quatre survivants après la catastrophe, attendant la fin d'un couvre-feu  qui semble ne jamais devoir venir.
Les deux spectacles avaient été programmés pour les 3 et 4 juin 2011 à Saint-Michel-sur-Orge par la scène conventionnée de Bretigny-sur-Orge, dans le cadre du Festival Dedans-Dehors. Mais le maire UMP de Saint-Michel-sur-Orge et la  directrice générale adjointe ("Direction des Actions Solidaires et Culturelles")  ont refusé d'accueillir les deux représentations dans leur commune. Ils ont considéré comme inopportun de présenter au public, la même semaine, deux spectacles "ayant trait  au danger nucléaire", un sujet "aujourd'hui trop sensible". Sans avoir vu les spectacles, ils les ont annulés par "souci du respect des victimes de la catastrophe de Fukushima .
Dans un communiqué link, Frédéric Sonntag, metteur en scène de la compagnie, se dit "toujours aussi étonné par ce réflexe qui consiste, face à des événements tragiques de la réalité, à censurer un geste artistique qui aurait quelque résonance avec eux. Comme si cela constituait un remède, venait amoindrir le tragique en question, comme si, face à notre sentiment d’impuissance, cela représentait une des seules formes d’actions possibles, voire une action nécessaire, un devoir, comme s’il y avait une indécence à ce qu’une forme artistique puisse avoir des résonances avec le réel. J’ai évidemment toujours pensé l’inverse, pensé que ces choses sans doute dérisoires que sont les oeuvres, les gestes artistiques, étaient nos seuls moyens d’affronter le tragique, la catastrophe, nos seules repères dans la nuit obscure. Ces deux performances si elles tentent quelques chose, ne tentent au fond que cela : mettre en scène des formes de résistance face à un monde qui s’écroule."
La direction du Théâtre de Brétigny a décidé de reprogrammer les deux performances dans le cadre d’un autre festival qui aura lieu à la mi-octobre 2011, cette fois-ci à Brétigny. Il sera possible de voir Atomic Alert les 9 et 10 juillet à Avignon. En attendant, il est possible d'en visionner trois extraits ici link.


Commenter cet article