27 juin 2010: Victoire sans appel de La Rumeur sur le ministère de l'Intérieur

Publié le

En juillet 2002, le ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy, portait plainte pour «diffamation, atteinte à l’honneur et la considération de la police nationale» contre Hamé, chanteur du groupe de rap La Rumeur, suite à un article publié dans un fanzine qui accompagnait la sortie de leur album, L’ombre sur la mesure. Dans ce pamphlet, intitulé L’insécurité sous la plume d’un barbare, Hamé disait notamment que les jeunes de banlieue, plutôt que cause de l’insécurité, en étaient surtout les victimes: "La réalité est que vivre aujourd'hui dans nos quartiers, c'est avoir plus de chances de vivre des situations d'abandon économique, de fragilisation psychologique, de discrimination à l'embauche, d'humiliations policières régulières, d'instruction bâclée... ". Il écrivait aussi :  " Les rapports du ministère de l'Intérieur ne feront jamais état des centaines de nos frères abattus par les forces de police sans qu'aucun des assassins n'ait été inquiété."    link
Après huit ans de procédure, la Cour de cassation a définitivement relaxé, vendredi 25 juin 2010, le rappeur, poursuivi pour ses propos contre des policiers "assassins", rejetant le pourvoi de la Cour d'appel de Versailles. Hamé était déjà passé deux fois devant la Cour d'appel et une fois devant la Cour de cassation. Le ministère de l'Intérieur avait contesté, chaque fois, les décisions de justice qui lui étaient défavorables. Hamé a déclaré s'être rendu compte que l'affaire avait été "le théâtre d’un affrontement entre le pouvoir politique et une partie de la magistrature, qui entendait protéger son indépendance, et qui a jugé cette affaire en toute indépendance." Il a considéré le verdict comme une victoire pour la liberté de pensée, la liberté  d'expression et le droit de la presse. (Libération - Rue89 -  Les Inrocks - Nouvel Obs)

Commenter cet article