29 mars 2011: De la liberté d'expression entre avocats (Paris)

Publié le

Dans un article paru le 23 juillet 2009, dans le Nouvel Observateur, Me Francis Szpiner, avocat de la famille d’Ilan Halimi, s’en était pris violemment, au lendemain du premier procès du “gang des barbares”, à l’avocat général Philippe Bilger, le traitant de "traitre génétique", rappelant que durant la dernière guerre mondiale son père avait été un collaborateur, condamné à la Libération aux travaux forcés.
Poursuivi en action disciplinaire, Me Szpiner a été relaxé. La cour d'appel de Paris  a confirmé que l'avocat n'avait pas failli à la déontologie de la profession, qu'il  n'y avait dans ses propos  "aucun élément constitutif d' un manquement aux principes d'honneur, de délicatesse et de modération ".
Dans sa décision, la cour d’appel justifie cette relaxe au motif que Philippe Bilger, qui anime un blog, “s’abandonne à l’expression publique de ses opinions personnelles sur des questions de société” (Le Monde, 24-03-2011).

Commenter cet article