4 mars 2010: Le Comité "Un-Visible" appelle à une ”Opération Murs propres” (Paris)

Publié le

RiLi n° 16 mars-avril 2010

RiLi
, Revue internationale des Livres & des Idées, illustre quasiment tout son dernier numéro intitulé "Comment vivons-nous ?" (n° 16, mars-avril 2010) avec une série de trente photos d’oeuvres anonymes ornant les murs de Paris.
Les oeuvres, pour la plupart, ont été réalisées sur support papier puis collées, procédé affectionné par Ernest-Pignon-Ernest depuis les années 70 et adopté par la compagnie de théâtre de rue KompleXKapharnaüM pour “Memento”, son dernier spectacle (voir Archives 27 et 30 juillet 2009).
Elles ont été sélectionnées  dans le cadre de l'Opération Murs propres par un collectif,  le Comité Un-Visible - à ne pas confondre avec le Comité Invisible, auteur de “L’insurrection qui vient”.
Après les expositions “TAG au Grand Palais” ,“Né dans la rue” à la fondation Cartier (Voir aussi Archives, 3 novembre 2009) ce choix iconographique ne mériterait pas d’être particulièrement signalé, si le sommaire (page 3) du magazine bimestriel, ne contenait  ce  texte de présentation surprenant:

“Opération Murs propres”
est une collecte documentaire photographique sur l’état déplorable des murs parisiens réalisée par le Comité Un-Visible. Le Comité Un-Visible est un collectif d’esthètes et d’usagers anonymes des trottoirs parisiens mus par une irrépressible passion scopique, archivistique et policière. Le Comité Un-visible invite les propriétaires, les locataires et les riverains à appeller les deux numéros verts mis en place par les entreprises privées chargées du dégraffitage par la mairie de Paris (0 800 800 557 pour les immeubles situés  sur  la rive  droite de la Seine et 0 800 67 67 67 pour ceux situés sur la rive gauche). (L’enlèvement des affiches est de la responsabilité des services municipaux). Les emplacements de tous les graffitis et  affiches “sauvages” qui figurent dans la série “Opérations Murs propres” ont été  signalés par le Comité Un-visible aux services concernés.”


Cet appel ironique du Comité Un-Visible se surajoute aux autres appels incitant à la surveillance et à la délation sous couvert de civisme (”Voisins vigilants”, “Alerte enlèvement”...). La démarche interroge (entre canular et acte artistique ), comme celle de la “Manif de droite”, revendiquée par Fred Toush et Philippe Nicolle; vraie/fausse manifestation organisée à Paris en 2003 sur le thème "Nous sommes plus à droite que vous", elle  avait été prise par certains au premier degré ("À bas,  à bas le second degrè").

Revue Internationale des Livres et des Idées :link
"Manif de droite" : link
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article