6 novembre 2010: Livres explosifs, livres explosés (Grèce)

Publié le

Lundi 1er novembre, la police grecque a arrêté Panayotis Argyrou, 22 ans, étudiant en chimie, et Gérassimos Tsakalos, 24 ans, aux abords d'une agence de messagerie rapide. Ils étaient porteurs d'un sac dans lequel se trouvaient deux colis piégés, l'un adressé au président de la République française et l'autre au Tribunal pénal international de la Haye. Le colis adressé à M. Sarkozy contenait, selon l'AFP et Le Figaro (4 -11-2010) "un livre religieux évidé, à la couverture bordeaux portant une croix d'or, rempli de poudre explosive. Selon la police, l'adresse de l'expéditeur indiquée sur le colis était celle du vice Premier ministre du gouvernement grec, Théodore Pangalos."
Le lendemain, un paquet expédié de Grèce et destiné à Angela Merkel était intercepté à la chancellerie à Berlin. Un autre adressé au président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, prenait feu lors de son examen par la police à l'aéroport de Bologne. L'explosif y était dissimulé dans un gros livre, comme dans le colis destiné à l'ambassade de France. D'après  Reuters et le Nouvel Obs (4-11-10), la plupart des colis, repérés parce que l'adresse ne présente généralement pas assez de détails, prennent feu quand ils sont ouverts et ne contiennent pas suffisamment d'explosifs pour faire des victimes. Le site Leggo Italia précise que le livre destiné à Silvio Berlusconi était un livre de droit écrit en grec; il avait été évidé de manière à contenir vraisemblablement des piles et de la poudre. Mardi soir, la police d'Athènes détruisait deux paquets suspects à l'aéroport de la capitale grecque, soupçonnés d'être liés là encore aux tentatives d'attentats. Ces paquets contenaient des livres dans lesquels avait été aménagé un espace destiné à contenir des explosifs, a ajouté la police. Leurs destinataires étaient Europol, dont le siège est aux Pays-Bas, et la Cour européenne de justice au Luxembourg, ont indiqué des médias. (TF1 news, 3-11-12010)
Jeudi 4 novembre après-midi, les experts de la police grecque faisaient exploser leur deuxième colis suspect de la journée, à l'intérieur d'une succursale de banque grecque dans le centre d'Athènes, et  examinaient également cinq autres colis suspects trouvés dans le Parlement grec et dans une société de transport de paquets. D'après un reportage des médias locaux, une équipe de déminage anti-terroriste grecque a procédé à l'explosion contrôlée d'un paquet destiné à "la banque grecque", place Syntagma dans le centre de la capitale grecque. Le paquet s'est finalement avéré inoffensif : au lieu de l'engin explosif attendu, il ne contenait que des livres. Une scène similaire s'est reproduite peu après au siège du Parlement grec, situé non loin. Les experts ont examiné un paquet qui semblait suspect et était adressé au président du Parlement, Philippos Petsalnikos. Aucune explosion n'a eu lieu cette fois-ci, mais les autorités ont minutieusement contrôlé le colis pour découvrir qu'il contenait, une fois encore, des papiers et des livres. Toutefois, un autre livre, découvert plus tôt ce jeudi auprès d'une compagnie de transport de paquets à Athènes et adressé à l'ambassade française à Athènes, a été identifié comme piégé. L'expéditeur mentionné était l'archevêque d'Athènes Ieronimos. La police a également fait exploser ce paquet. (Le Quotidien du peuple, 5-11-2010)

Selon Théodore Papathéodorou, professeur de criminologie à l'université du Péloponnèse, ces actes sont un "appel" destiné à  "attirer l'attention des opinions publiques au niveau européen" et "dénoncer la crise" qui frappe toute l'Europe, la Grèce en tête. (Libération, 2-11-2010)

Pour mémoire, fin 2003 - début 2004, des livres piégés avaient été envoyés d'Italie à différents responsables européens d'alors, sans blesser personne : Romano Prodi, président de la commission européenne avait reçu à son domicile de Bologne "Il Piacere" (L'enfant de  volupté), premier roman de Gabriele d'Annunzio, Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale, "Feu Mathias Pascal" de Pirandello, Juergen Storbeck, chef d'Europol, "La chimère"  de Sebastiano Vassali,  Michael G.Kennedy d'Eurojust "De la nature des choses" de Lucrèce (Leggo Italia - Il corriere di Bologna, 4-11-2010). En 2005, à Modène, Daniele Giovanardi, frère jumeau de Carlo, ministre en exercice, avait reçu un autre "livre-bombe",  envoyé  par une soi-disant  "Fédération anarchiste informelle", il s'agissait de "Mythes et légendes des Indiens d'Amérique". (Il Giornale, mai 2005)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article