3 janvier 2011: De l'assassinat considéré comme l'un des Beaux-Arts (Sao Paulo)

Publié le

Comme le signale la revue Beaux Arts (décembre 2010), Gil Vicente a été l'un des artistes les plus remarqués de la dernière biennale de Sao Paulo. Il présentait neuf grands dessins (2 mètres de haut par 1,50 mètre de large), réalisés au fusain entre 2005 et 2006. Dans cette série intitulée "Les Ennemis", il se met en scène en train de braquer avec un pistolet huit différentes personnalités internationales: l'ex-président américain George W. Bush, l'iranien Mahmoud Ahmadinejad, le pape Benoit XVI, la reine d'Angleterre, l'Israélien Ariel Sharon, l'ex-secrétaire de l'ONU Kofi Annan, les Brésiliens Eduardo Campos et Fernando Henrique Cardoso. Une seule exception dans ce traitement égalitaire: un autre Brésilien, Lula da Silva, est montré sur le point de se faire égorger au couteau.
Le barreau des avocats de Sao Paulo s'est  fait remarquer lui-aussi. En demandant l'interdiction de l'exposition. En vain.
L'une des "qualités fondamentales de notre institution est notre indépendance et notre liberté d’expression. Les oeuvres ne reflètent pas l’opinon des commissaires de l’exposition ni celle de la Fondation Biennale" leur a-t-il été répondu. link


Commenter cet article