15 février 2011 : " Le Caïman" de Nanni Moretti doublement censuré par la télévision publique italienne

Publié le

 

Il-Caimano -Nanni Moretti

 

En 2006,  sortait dans les cinémas italiens un film de Nanni Moretti, Le Caïman, sélectionné la même année au festival de Cannes.
La RAI, concessionnaire exclusif du service public télévisé italien, achetait pour 1,5 millions d'euros le droit de le diffuser sur son réseau (trois chaînes publiques hertziennes et 15 satellitaires ou numériques). Cinq passages étaient prévus entre 2008 et mars 2013 (L'Unità, 9-2-2011).
À ce jour pourtant, aucun téléspectateur n'a pu encore voir le film sur l'une des chaînes de la télévision d'État italienne.
Récemment, on pouvait penser que le moment opportun était arrivé. Le directeur de RaiTre annonçait que Le Caïman serait diffusé mercredi 9  février en première partie de soirée et que sa diffusion serait suivie d'un débat.
Aussitôt son collègue de RaiUno opposait son veto, arguant -  mais sans indiquer de date - que le film devait prochainement passer sur sa chaîne.
La diffusion sur RaiTre ayant été annulée, un arrangement était trouvé: le réalisateur Nanni Moretti donnait son autorisation pour que soit diffusé, durant la seconde partie de la soirée, un extrait de son film, la scène finale.  
Aussitôt  le vice-directeur de la RAI demandait à ce que la scène soit "coupée" et réduite de 7 à 3 minutes, sous peine que le film (qui dure 1h53) ne soit définitivement plus diffusé sur le réseau public. Sous la menace, le réalisateur et la productrice de l'émission ont dû s'incliner, et la scène finale, à son tour, a été déprogrammée.  
Dans le passage particulièrement visé par la censure, Nanni Moretti interprète le personnage d'un homme politique élu à la tête du pays, en procès au palais de justice de Milan pour des affaires de caisses noires, corruption.... Après des années de procédés dilatoires où il a fait voter des lois lui permettant de se soustraire à la justice, il est enfin face à ses juges. Malgré la phrase qu'il a devant les yeux ("Personne n'est au-dessus des lois"), il considère qu'il ne relève pas de la justice et que le seul jugement qui lui importe est le vote des électeurs. Condamné à sept ans de prison ferme, il sort du tribunal en dénonçant le pouvoir des juges et invite ses partisans, "les hommes libres", à réagir "de n'importe quelque manière". Dans le plan suivant, sont lancés des sifflets contre les magistrats apparus en haut des marches, puis un cocktail Molotov. La dernière image du film est celle d'un chef d'État qui continue sa route, en voiture, laissant derrière lui un palais de justice en flammes. (Corriere della sera, 9-2-2011)

Pour voir la scène finale: http://www.youtube.com/watch?v=xkzm43OPAbk&feature=related

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article