3 mars 2010: Avec Freemuse, écouter voix et musiques interdites

Publié le


Listen to the Banned - Freemuse

Depuis six ans, l'ambassade de France au Nigeria organisait avec l'appui de son centre culturel à Kano, l'Alliance Française, le festival "Kanfest" où se produisent des musiciens français et africains durant trois nuits. La 7ème édition n’aura pas lieu cette année. (AFP, 1er mars 2010) "À la suite d'une notification par le comité de censure de l'Etat de Kano, le festival de musique de Kano est annulé", a indiqué la mission diplomatique. Les responsables de la censure, accompagnés d'une douzaine de policiers de la charia, la "Hisbah", ont fait irruption sur le site du festival où des centaines d'amateurs s'étaient rassemblés pour suivre le concert d'artistes venant du Nigeria, de France, du Niger et du Tchad.
Le 22 février 2010, les autorités iraniennes avaient interdit à Tabriz deux concerts de Homayoun Shajarian - une star de la musique traditionnelle iranienne - en raison de la présence de deux femmes dans son groupe...
Parce que les censures dont sont victimes les musiciens se multiplient sur  tous les continents, l’association internationale Freemuse a entamé depuis 10 ans, un travail d’information et de soutien aux musiciens interdits de jouer, envoyés en prison ou condamnés à l’exil. Depuis deux ans, elle organise le 3 mars une journée internationale d’information. À cette occasion, elle publie chez Grappa Records un disque, compilation de chansons et de musiques  de  musiciens censurés,  comme le Camerounais Lapiro de Mbanga, l’Ivoirien Tiken Jah Fakoly, la Palestinienne Amal Murkus, le Libanais Marcel Khalife, l’Iranienne Mahsa Vahdat, le Turc Ferhat Tunç. Alors, “Listen to the banned” , écoutons ces voix interdites, mises au ban, hors-la-loi.

Freemuse : link
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article