30 juin 2010: Et RSF créa l'Abri anti-censure (Paris)

Publié le


L'abri anti- censure

Alors qu'une soixantaine de pays sont touchés par une forme de censure du Net, parmi lesquels au moins une quarantaine ont mis en place des mesures de filtrage du Web et que près de 120 net-citoyens (blogueurs, internautes, journalistes citoyens) sont actuellement derrière les barreaux, Reporters sans frontières a inauguré, le 24 juin 2010, le premier "Abri anti-censure ". Il s'agit d'un espace destiné aux journalistes, blogueurs et dissidents réfugiés ou de passage à Paris, pour apprendre comment contourner la censure, protéger leurs communications et conserver leur anonymat en ligne.
En partenariat avec l’entreprise de sécurité des communications XeroBank, basée au Panama, RSF met gratuitement à disposition des utilisateurs de l’Abri des services anonymes à haute vitesse, comprenant e-mail chiffré et accès au World Wide Web. Les internautes se connectent au réseau XeroBank à travers un VPN (Virtual Private Network, réseau privé virtualisé) et tout leur trafic est acheminé à travers ce réseau backbone Gigabit où il transite d’un pays à l’autre, mélangé avec des dizaines de milliers d’autres utilisateurs, créant un tunnel anonyme impossible à retracer.
Ce réseau sera accessible aux utilisateurs de l’Abri à Paris, mais aussi à leurs contacts partout dans le monde et à toutes les personnes identifiées par Reporters sans frontières, notamment des journalistes, blogueurs, et défenseurs des droits de l’homme, grâce à la mise à disposition de codes d’accès et de clés USB. Ces clés USB, prêtes à l’emploi et sécurisées, seront fournies sur demande aux utilisateurs afin de pouvoir accéder aisément au service de XeroBank sans manipulation particulière. Des logiciels libres de contournement de la censure et de chiffrage les plus connus sont aussi mis à la disposition des utilisateurs de l’Abri, tout comme des guides d’utilisation et des wiki sur le sujet. Un espace multimedia est prévu pour les journalistes et internautes qui souhaitent filmer et transmettre des vidéos.
Dans un second temps, cet abri anti-censure permettra d’héberger - via un site Internet dédié - des contenus censurés. Les reportages de Tamer Mabrouk sur la pollution des lacs égyptiens, interdits de publication dans leur pays, y trouveront leur place. Aux côtés des articles qui tomberont sous le coup de la nouvelle loi italienne sur les écoutes téléphoniques. link

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article