30 mai 2011: "Le Héron déplumé", journal lycéen confisqué, censuré (Montgeron, Essonne)

Publié le

Le Héron déplumé n° 6

 

Le Héron déplumé, journal du lycée Rosa Parks de Montgeron existe depuis 2009. Tiré à mille exemplaires, sur papier glacé, en couleurs, grâce à une dotation de 3.000 euros du foyer socio-éducatif du  lycée et à une subvention du Rectorat, ce trimestriel gratuit de 24 pages est également consultable sur internet où une version en pdf est hébergée sur le blog du CRDP de Versailles. link. Comme on peut le constater, sa maquette très moderne a peu de rapports avec celle de ses prédécesseurs, Stop (14 numéros et un numéro spécial entre 1961 et 1966) ou Le P'tit Monstre (18 numéros entre 1988 et 1995). link
Abordant des sujets politiques, traitant de culture, de la vie du lycée, Le Héron déplumé, est l'un des 3 journaux lycéens nominés parmi les 200 qui participent dans la catégorie "lycées" à l'édition 2011 du Prix Alexandre Varenne, concours national  des journaux scolaires qui réunit aussi cette année 187 écoles et 377 collèges.
Le 18 mai 2011, la diffusion du n°6 du Héron déplumé est suspendue: à peine sortis de l'imprimeur, tous les exemplaires  sont "confisqués" par l'administration du lycée de Montgeron. Le 20 mai, la version pdf  en ligne sur internet est supprimée par l'hébergeur.
Dans un communiqué, un membre de la rédaction rappelle que, selon l'article premier du décret du 18 février 1991, "les publications rédigées par les lycéens peuvent être librement diffusées dans l’établissement" et que cette liberté s’exerce "sans autorisation ni contrôle préalable."  Il rappelle aussi que le chef d'établissement peut suspendre ou interdire la diffusion d'une publication dans l'établissement "au cas où certains écrits présenteraient un caractère injurieux ou diffamatoire, ou en cas d'atteinte grave aux droits d'autrui ou à l'ordre public".
Selon le Blog de l'Essonne (20-05-2011), la direction du lycée n'aurait pas apprécié le dossier spécial de 16 pages consacré au sexe, et en particulier deux dessins coquins illustrant l'article intitulé "Dans ton slip" ainsi qu'une photo de Larry Clark. Bien que n'étant pas responsable de la publication du Héron, le proviseur se dit "responsable de l'établissement et de tous les documents qui y sont diffusés."  Il estime "qu'il n'est pas certain qu'il soit approprié de le diffuser tel quel dans un établissement scolaire dont ce n'est pas la vocation de diffuser des informations à caractère sexuel (...)". Par ailleurs, la photo de Larry Clark montrant une jeune femme avec une seringue dans le bras serait "en contradiction avec les actions de prévention contre les addidctions" que mène le lycée. link
 
Le 24 mai, la rédaction du Héron déplumé annonce que, lors d'une réunion en présence de représentants de l'académie et de l'Observatoire des pratiques de presse lycéenne, elle a décidé de retirer une photo, qui posait un problème de droits d'auteur, et pouvait être mal interprétée et ainsi vue comme une "incitation à la consommation de drogues".  La version numérique du numéro 6, sans la photo censurée, est à nouveau en ligne ici link
Quant aux exemplaires papier qui avaient été saisis, après "modification" de la page 9, ils ont été remis en circulation et diffusés en deux jours. Souhaitons autant de succès au prochain numéro du Héron déplumé !

 

***

 

Selon  l'Observatoire des pratiques de presse lycéenne (link), "les dérapages sont rares dans les journaux lycéens". Parmi les quatre exemples qu'il cite, on en retiendra deux, le plus ancien et le plus récent. En 1972, dans le quatrième numéro du Glurp, journal du lycée Gérard de Nerval de Luzarches (95), édité avec l’autorisation de l’administration du lycée, les rédacteurs suggèrent de faire « sauter » leur lycée et détaillent la méthode de fabrication de la nitroglycérine, de la poudre et du cocktail Molotov. Ils publient également quelques dessins à caractère pornographique. Des parents d’élèves s’émeuvent, plusieurs maires des communes environnantes s’en mêlent, bientôt rejoints par le Préfet et le Procureur de la République. Plusieurs plaintes sont déposées pour « injure au chef de l’Etat, incitation à la destruction d’édifices publics non suivie d’effets, et incitation de mineurs à la débauche ». Les lycéens, convoqués en conseil de discipline, sont quelques mois plus tard condamnés en justice à 500 francs d’amende pour « provocation aux crimes de meurtres, incendies, destruction d’édifices par substances explosives ».
Au printemps 2002, l’équipe de rédaction du journal Ravaillac, constituée de lycéens et d’étudiants des classes préparatoires du collège-lycée Henri IV de Paris, décide la parution d’un numéro spécial : « du cul, du cul, du cul ». Le proviseur interdit la diffusion pour préserver la sensibilité des élèves mineurs - notamment des collégiens - et pour protéger les élèves ayant posé nus en couverture des risques de détournement préjudiciable de leur image. En novembre 2003, le tribunal administratif de Paris, saisi par les rédacteurs du journal, annule la décision du proviseur qu’il estime non fondée puisque « la situation du lycée Henri IV est caractérisée par une séparation des élèves du collège et du lycée ». En octobre 2004, la cour administrative d’appel de Paris, saisie par le ministère de l’Education nationale, considère que  le numéro mis en cause, « en dépit de son caractère provocateur », n’est pas de nature à perturber ou à heurter la sensibilité des lycéens car il vise essentiellement « à susciter une réflexion sur la sexualité ». La cour considère également que la photographie de couverture, ne permettant aucune identification des lycéens, ne peut être l’objet d’un détournement pouvant porter atteinte à leur dignité. Elle confirme donc l’annulation de la décision du proviseur, prononcée lors du premier procès, considérant qu’aucune atteinte grave ne justifiait la restriction de la liberté d’expression des lycéens, « garantie par l’article L-511 du Code de l’éducation ».

 

Clemi - 20 piges...

 

Pour un panorama historique sur les journaux lycéens, voir l'exposition réalisée par le CLEMI (Centre de Liaison de l'Enseignement et des Médias d'Information) en collaboration avec l'association Jets d'encre à l'occasion du 20ème anniversaire de la circulaire sur le droit de publication des lycéens. link
Pour  créer  un journal lycéen, voir ici  link ou là link.

Commenter cet article